mars 25, 2020

Les vérités du Professeur RAOULT de Marseille

par notre envoyé sur place S.R.

Détient-il le Graal ? Si le professeur marseillais Didier Raoult a mis du temps à se faire entendre au niveau national, son nom est désormais sur toutes les lèvres et sa solution pour enrayer la pandémie de coronavirus fait l’objet de l’attention de plusieurs pays étrangers comme de Paris.

Dans un livre à paraître cette semaine chez Michel Lafon et sur ebook, ce médecin controversé qui dirige l’infectiopole de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille, à la Timone, fait le point de manière exhaustive sur cette pandémie. Il prend sa baguette d’enseignant pour expliquer ce qu’est un coronavirus, et notamment celui qui nous préoccupe. Il détaille son approche en évoquant aussi d’autres maladies dangereuses et à fort potentiel anxiogène, comme le choléra ou le typhus.

Il s’efforce de comprendre et d’expliquer pourquoi sa manière d’appréhender la question n’est pas davantage prise en compte par les autorités sanitaires françaises. Enfin il pose un regard philosophique et quasi politique sur notre société et, précisément, comme il l’indique dans le sous-titre, les “vrais dangers” qui la guettent et les “fausses alertes” qui distordent le réel.

Et, s’il n’est pas tendre, qui lui en voudra en cette période étrange d’essayer de remettre certaines pendules à l’heure, quitte à ne pas hurler avec les loups ?

En avant-première, avant que ce livre n’arrive non pas dans les rayons des librairies – fermées – mais pourquoi pas sur vos liseuses ou vos tablettes, notre site internet vous en propose en exclusivité des extraits choisis.

À propos de la chloroquine

Rappelons que, malgré tous ces « drames » successifs autour des nouveaux virus respiratoires, la mortalité par infections respiratoires ne cesse de diminuer et que, selon les éléments que nous avons, les infections respiratoires bactériennes et virales qui étaient à l‘origine de 4,5 millions de morts par an il y a encore trente ans, tuent actuellement 2,6 millions de personnes, soit une régression spectaculaire, due à l’amélioration des conditions d’hygiène, l’usage des antibiotiques qui permet de diminuer les surinfections mortelles, et la vaccination contre les pneumocoques des trèsjeunes enfants (qui protège aussi les personnes plus âgées). Au bout du compte, tous ces drames successifs se sont accompagnés d’une augmentation considérable de l’espérance de vie (…)

coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms
coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms

Par ailleurs la vitesse de réaction des Chinois dans la gestion des épidémies a été stupéfiante, en particulier dans son évaluation des molécules anti-infectieuses. Ils ont pu rapidement montrer que la chloroquine, un des médicaments les plus prescrits au monde et les plus simples, est peut-être le meilleur traitement des coronavirus et la meilleure prévention. Ce qui en ferait une des infections respiratoires les plus simples à prévenir et à traiter (…)

Le coronavirus chinois

Le coronavirus chinois, lui, a fait son apparition en décembre 2019 à Wuhan où une épidémie de pneumonie a été mise en évidence. Nous reviendrons sur la stratégie d’équipement des Chinois depuis l’épidémie de SARS, qui leur a permis de découvrir ce virus, d’en tester la sensibilité aux anti-infectieux et de mettre au point des techniques de diagnostic dans un temps record. Quoi qu’il en soit, peut-être partant du marché aux animaux où se vendent toutes sortes de bêtes sauvages destinés à être mangées – dont des chauves-souris –, des pneumonies sont apparues, certaines graves, parfois mortelles, en particulier chez les sujets âgés ou porteurs de polypathologies. La description de ce nouveau virus par la Chine a entraîné, comme on le sait, une hystérie mondiale en dépit du fait que très rapidement on ait identifié que la mortalité était moindre que celle annoncée au départ. C’est un phénomène général (…)

coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms
coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms

La mortalité initiale très élevée a rapidement été pondérée par la réalisation de tests de diagnostic comme c’est à chaque fois le cas. Les premiers cas semblent tous mortels car seules les formes très graves sont testées, et au fur et à mesure que le diagnostic s’étend, la proportion de morts ne cesse de diminuer. Ainsi, jusqu’en janvier 2020, tous les morts se trouvaient en Chine continentale à part un seul, la mortalité de la zone Wuhan était de 5,6 % et, en dehors de cette zone, elleétait inférieure à 0,5 %. Cela signifie qu’elle rejoindra probablement la mortalité de la grippe qui est aux alentours de 0.1 %. Concernant la contagion, elle est définie par le nombre de personnes infectées par la maladie. Et bien sûr, cette manière de représenter la transmission n’est pas raisonnable. C’est une façon de transformer en mathématiques des phénomènes extrêmement complexes qui n’est jamais lucide. Parmi les causes de transmission, il y a celle entre les êtres humains, mais tous les humains ne transmettent pas la maladie de la même manière.

coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms
coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms

Certains sont des « superspreaders » ; les enfants sont plus contaminants, mais moins malades ; les sujets âgés sont plus sensibles, mais moins contaminants, à l’exception des immunodéprimés, qui ont des multiplications virales pouvant être plus importantes. Un de mes collaborateurs insiste sur le fait que l’unedes différences entre les comportements en Chine et les comportements européens est que les Chinois ont l’habitude de cracher par terre, partout, ce qui frappe tous les Européens qui vont dans ce pays. Le risque que comportent les crachats à moto est probablement très important. Et il est possible que cela ait joué un rôle non négligeable dans la transmission du corona chinois, car dans les crachats se trouvent de nombreux virus !

coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms
coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms

Cette situation épidémiologique n’est donc peut-être pas reproductible en dehors de la Chine. Il faut toujours avoir à l’esprit que les maladies infectieuses sont des maladies d’écosystème. La vision pasteurienne, un microbe, un homme, point final, comme celle de Koch, sont des notions intéressantes mais elles datent du XIXe siècle, elles n’expliquent qu’une petite partie des choses. Il y a la variabilité des microbes, du nombre de microbes, de l’hôte, de la voie de transmission, même dans les maladies interhumaines. Ce qui fait qu’on ne peut pas étendre l’épidémiologie de ce que l’on voit dans un endroit au reste du monde.

coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms
coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms

La longue histoire des coronavirus

Les coronavirus (du latin corona) sont une très large famille de virus qui doivent leur nom au fait qu’ils semblent dotés d’une couronne. Ce sont des virus très répandus qui atteignent aussi bien les oiseaux que les mammifères, et certains d’entre eux ont une transmission interhumaine. Ces derniers sont fréquents, tuent de temps en temps, mais sont complètement ignorés de la presse et de la plupart des autorités sanitaires du monde. Ce qui est vraiment étrange, car les coronavirus constituent la troisième cause d’infection respiratoire virale. Ces virus ont la particularité d’être les plus grands des virus à ARN, et présentent donc de fréquentes mutations. Ce sont des virus qui chez l’Homme ont longtemps été connus comme donnant des infections respiratoires hautes – surtout des bronchites – et des diarrhées (…)

Leur histoire commence en 1965 lorsque Tyrrel et Bynoe identifient un virus obtenu chez un enfant présentant un rhume. Ce virus a été appelé 229E. À peine plus tard, Macintosh, à l’occasion d’un prélèvement respiratoire, trouve un autre virus très proche qui, lui, s’appellera OC43, et peu de temps après le nom coronavirus va être choisi pour nommer cette famille. Ils sont donc connus depuis 1967, mais leur diagnostic était rendu difficile par le fait que seule la culture permettait de le faire. C’est seulement au moment des diagnostics moléculaires, récemment, que leur place réelle a pu commencer à être évaluée (…) Le troisième à être découvert dans une pathologie humaine était le virus du SARS identifié en 2003 et qui, nous l’avons vu, aurait causé 880 morts avant de s’arrêter brutalement à l’été 2003 sans jamais plus réapparaître (…) Le coronavirus d’Arabie Saoudite, MERS-corona, a été trouvé en 2012 quand un patient a été hospitalisé à Djeddah ( …) Et enfin le coronavirus de Chine a été isolé en 2019 (…)

coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms
coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms

Ainsi, nous l’avons vu, le SARS est resté essentiellement cantonné en Extrême-Orient, hormis une mystérieuse épidémie exportée à Toronto, liée à une personne voyageant depuis Hong Kong (…) À Toronto, les conditions de gestion mises en place après le début de l’épidémie (port de masques, de gants et de tenues) ont permis d’arrêter la transmission à l’intérieur des hôpitaux de la ville. Concernant le MERS-coronavirus, là aussi une folie a pris le monde avec le risque de transmission de ce virus en dehors de son foyer initial. Il s’agit en réalité essentiellement d’une zoonose liée au chameau qui en est porteur. On ne sait pas pourquoi le chameau porteur donne des cas en Arabie Saoudite et pas dans les zones environnantes où les chameaux sont aussi porteurs du virus, mais cela laisse supposer qu’il existe un hôte intermédiaire. Après m’être rendu sur place, j’ai émis l’hypothèse que les babouins, qui sont extrêmement nombreux en Arabie Saoudite, qui fréquentent les chameaux et vivent en zone périurbaine au sein de bandes d’une taille tout à fait invraisemblable (plusieurs centaines d’animaux), ont peut-être été ces hôtes intermédiaires.

(…) Cela devrait nous rappeler la disproportion entre les risques affirmés et les risques réels, et le danger des prédictions alarmistes. À ce sujet, signalons que ces épisodes de fièvre auront amené certains pays, dont la Chine, à installer des portiques de détection de la température pour tester les patients présentant de la fièvre afin d’éviter que ceux-ci transmettent une maladie dans le pays dans lequel ils arrivent..

.Et aussi “Je ne suis pas un outsider, je suis en avance”, entretien avec le professeur marseillais Didier Raoult

“Fake news”

Le risque que le coronavirus chinois change les statistiques de mortalité française ou mondiale est nul. Il y a dans cette disproportion entre réalité et bruits plusieurs éléments : la peur des maladies nouvelles, l’intérêt des laboratoires qui vendent des antiviraux (Gilead a fait une progression boursière spectaculaire), l’intérêt de ceux qui produisent des vaccins par précaution (bien que l’on ne sache pas si la maladie sera encore là dans un an), de ceux qui sont heureux d’être sur un plateau de télévision comme experts virtuels, de ceux qui font de l’audimat sur la peur, et de ceux qui se voient en sauveurs providentiels.

Cet évènement aura confirmé pour moi qu’il y a plus de vérités dans les réseaux sociaux et que la labellisation « fake news » est parfois l’arme désespérée de certains médias pour continuer à exister. Une de mes vidéos a temporairement été étiquetée « fake news » par le détecteur du journal”Le Monde” ainsi que par le ministère de la Santé. J’avais diffusé l’information des autorités chinoises sur l’usage d’un médicament dont j’ai déjà parlé et que je connais bien (la chloroquine et son dérivé l’hydroxychloroquine), sur son efficacité dans les études préliminaires sur 100 cas, confirmée par une courte communication et par une conférence de presse du Pr Zhong, une autorité chinoise reconnue dans le monde entier. Cela a déclenché des réactions violentes, qui exigeaient que je retire ma communication, et j’ai même reçu des menaces anonymes pour lesquelles j’ai porté plainte. Il est de plus en plus difficile de savoir de quoi on parle et nous avons créé un site d’information hebdomadaire sur Youtube intitulé « On a le droit d’être intelligent » (…). Il y a 20 virus associés aux infections respiratoires qui circulent dans le monde. Peut-être que le coronavirus de Chine deviendra le vingt-et-unième, ni plus ni moins grave, peut-être disparaîtra-t-il momentanément ou définitivement, peut-être restera-t-il limité à un écosystème spécifique, comme le Coronavirus d’Arabie Saoudite (MERS corona). L’avenir nous le dira (…)

Peur de la mort

La situation des épidémies et pseudo-épidémies actuelles reflète des comportements très profonds chez l’Homme. L’histoire est pleine de peurs de catastrophes naturelles et d’épidémies, et la Bible en donne de nombreux exemples. Devant l’inexplicable, devant la brutalité des phénomènes, les hypothèses étaient à l’époque plutôt religieuses ou basées sur le comportement coupable des Hommes. Plus récemment, Baudrillard, en 1970, nous a très utilement permis de comprendre qu’une part de l’oisiveté se nourrit de la peur de la mort et des catastrophes, tandis que la météorologie (comme renouvellement du culte du Soleil) occupe l’autre partie de notre information passive reçue des médias. La pérennité des comportements religieux et des peurs religieuses, ainsi que de la magie, a été bien rapportée par Mircea Eliade dans son Traité d’histoire des religions qui montre que, sous des formes différentes, les grands thèmes des peurs et des comportements religieux n’ont pas changé.

Simulacres

Dans nos sociétés, il existe des rôles différents : rôle de ceux qui font de la recherche ou découvrent les choses, rôle de ceux qui gèrent, et rôle de ceux qui transportent l’information. Avec l’accélération du temps que nous constatons aussi bien dans l’information que dans la gestion, les gestionnaires sont en place pour de courts laps de temps soumis à des élections récurrentes, comme je l’ai déjà dit. Il y a de plus en plus de confusion entre le pouvoir de décision, le pouvoir exécutif et le quatrième pouvoir, celui de la presse.

coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms
coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms

Or, s’il est naturel que la presse lance l’alerte, il n’est pas naturel que les gens qui dirigent, les politiques, soient de même nature et aient le même genre de réactivité. La gestion demande de prendre son temps et de la distance, mais cela devient aujourd’hui inutile puisque les conséquences des actes des gestionnaires ne leurs seront pas directement imputées, elles viendront plus tard et seront noyées dans une nouvelle information. Cette fusion entre médias et décisionnaires s’observe, pratiquement par mariage ou par transfert, d’un métier à l’autre, un ministre devenant animateur, un animateur devenant ministre. Cela pose un véritable problème, qui nuit à l’équilibre des forces. Par ailleurs, l’autre livre de Jean Baudrillard, “Simulacres et Simulation”, prédisait, lui, la création d’un nouveau monde digital (…) Dans ce monde que Baudrillard appelle l’hyperréalité, et qui a servi d’inspiration pour le film “Matrix”, en fait, la réalité digitale n’a plus aucun lien avec la réalité physico-chimique, tout comme dans le livre “Simulacres” de Philip K. Dick, où les hommes politiques sont des simulacres, des hologrammes ou des robots. Ainsi, la déconnexion totale de la réalité observable avec la réalité rapportée est un problème qui devient majeur. Il s’agit de moins en moins d’une amplification, mais d’une distorsion de la réalité. Quand l’informateur multiplie par 20 un risque de mortalité et divise par 100 un autre risque, nous ne sommes plus dans une exagération, nous sommes dans un autre monde.

Et c’est actuellement ce qui se passe (…) Les chiffres eux-mêmes deviennent indécents quand ils ne confirment pas la théorie dominante. En pratique, il n’y a pas réellement de solution, sauf que les nouvelles technologies permettent d’avoir un nouveau pouvoir, qui est suivi d’une communication non filtrée (pour l’instant). Nous pouvons le constater dans le domaine scientifique. Il existe une censure de fait sur les articles qui ne se situent pas dans le flux général de la pensée technique, mais de très nombreux journaux se créent, et l’envoi d’articles directement sur des sites sans filtres avant leur publication commence à se développer.

coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms
coronavirus outbreak covid19 worldwide outbreak coronavirus symptoms

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

Hello!

Click one of our representatives below to chat on WhatsApp or send us an email to gan@coronavirus-outbreak.com

× how can we help you ?